Comment décliner une invitation (et garder ses amis!)

Une invitation est en général quelque chose d’agréable. On a pensé à nous, on a des amis, on nous aime, on va passer un moment sympa en bonne compagnie…
Mais voilà, parfois au lieu de passer la soirée en compagnie de Gisèle, Fred et Paula, on préférerait rester sous sa couette, et lire un palpitant roman policier, ou regarder un vieux film des années 60. Le problème, ils risquent de mal le prendre! Alors comment expliquer qu’on préfère les 4 mûrs de sa chambre ou l’écran de sa télé à leur charmante compagnie?

Voici un petit guide pour s’en sortir dignement lorsqu’on veut décliner une invitation, et aussi conserver ses amis 🙂

refuser-invitation

Règle numéro 1 : ne pas répondre trop vite

Répondre rapidement qu’on est libre et accepter directement l’invitation, puis réfléchir et décliner par la suite… non vraiment ça ne le fait pas trop…

Règle numéro 2 : répondre par SMS

Envoyer un petit message nous permet de réfléchir tranquillement à ce qu’on va dire. Cela nous éviterait également d’être gêné, de bégayer etc, si on nous posait des questions comme souvent le cas lors d’une conversation orale.

Règle numéro 3 : ne jamais mentir

Si on invente une excuse, cela risque de nous retomber dessus par la suite. Et puis il vaut mieux être honnête tout simplement, et traiter les autres de la façon dont on aurait nous-même voulu être traité.

 Règle numéro 4 : pas besoin de se justifier 

Il n’est pas nécessaire d’expliquer pourquoi on ne peut pas être présent à une invitation. Encore plus si la raison de notre absence est “légère” et risque de vexer. Un message court,  poli et courtois suffit.  Et puis Paula et Fred ne sont pas nos parents…

Règle numéro 5 : remercier pour l’invitation

Même si on pense fortement que l’invitation est “nulle”, et que la compagnie de notre sofa est 100 fois plus excitante, un minimum de politesse s’impose. On a pensé à nous, c’est quand même gentil, alors cela vaut un petit remerciement.

Voici quelques exemples pour illustrer, et surtout montrer l’importance de réfléchir avant de répondre.

Conversations entre Gisèle et Nanou. C’est Gisèle qui commence et veut inviter Nanou.

– tu fais quoi demain soir?
– rien pourquoi?
– super on t’invite à dîner chez nous!
– Heu en fait je préfère rester à la maison.
– ok comme tu veux! (Gisèle est vexée!)

– tu fais quoi demain soir?
– rien pourquoi?
– super on t’invite à dîner chez nous!
– Oh mince j’avais oublié que j’ai ma grand-mère malade à l’hôpital, et j’ai promis de passer une partie de la soirée avec elle (oh la menteuse!!).
– oh désolée pour ta grand-mère. Tu es un grand cœur, j’annule le dîner, et je t’accompagne alors à l’hôpital demain soir!
(là Nanou est dans de sales draps…)

– tu fais quoi demain soir?
– heu, je dois regarder mon agenda.
– dis-nous si tu es libre, car on t’invite à dîner chez nous!
– c’est gentil merci, je t’envoie un SMS plus tard pour te dire si je peux.
ok, pas de problème!

Le troisième scénario est le meilleur évidemment.

– on ne sengage pas en répondant qu’on est libre et qu’on a rien à faire.
– on répond par SMS, c’est rapide, de plus cela évite d’être mal à l’aise et de devoir se justifier.

Voici la réponse pleine de tact de Nanou qui préfère ce soir-là un plateau-télé,  à la cuisine insipide de Gisèle et aux blagues tordues de Fred. Mais ça bien entendu, elle ne peut pas le leur dire…
“Merci pour l’invitation. Malheureusement je ne pourrai pas être présente car j’ai déjà prévu quelque chose. Mille merci d’avoir pensé à moi, et bonne soirée!”
Dans le 3ème scénario, Nanou n’avait pas directement répondu qu’elle était libre. Elle a ensuite donné sa réponse par SMS, en remerciant d’abord pour l’invitation, puis en déclinant sans se justifier et se confondre dans un flot d’explications inutiles.

Les règles de vie à la maison (partie 1)

Enfants-se-battentRègles de vie pour mieux vivre à la maison

J’ai décidé d’écrire et de formuler des règles de vie pour mes enfants, afin qu’ils comprennent bien que la maison, non ce n’est pas la jungle, et que certains comportements sont inacceptables et ne seront jamais tolérés.

Voici les étapes que j’ai suivies pour rédiger mes règles de vie familiales :

1- Créer des règles en fonction de sa famille

On va bien évidemment créer des règles en fonction des besoins de ses enfants. Par exemple certains enfants sont violents, d’autres il faut leur répéter 10 000 fois la même chose avant qu’ils obéissent, d’autres encore sont très désordonnés..
Alors on s’assoit tranquillement, on réfléchit à ce qu’on voudrait que ses enfants fassent…ou ne fassent pas… Et on écrit en essayant d’ordonner les règles par catégories.

2- On discute dans une atmosphère sereine

On imprime un exemplaire pour chaque membre de la famille, puis on s’assoit autour de la table pour en discuter. Il faut que l’atmosphère soit détendue, agréable, alors on n’oublie pas les petits gâteaux et jus de fruits…
On peut par exemple demander aux enfants s’ils comprennent le pourquoi des règles, est-ce que c’est pour punir, pour être méchant… Et on continue en expliquant que les règles existent partout (code de la route, travail, école…), et qu’elles sont faites pour nous faire du bien, nous rendre tous heureux et surtout nous protéger.

On lit ensemble les règles points par points. Très important, on explique chacune d’entre-elles, et on s’assure que les enfants ont bien compris et sont d’accords. On leur demande également s’ils veulent rajouter quelque chose. Par exemple mon aîné se sentait toujours faussement accusé par son frère, il m’a alors demandé de rajouter “on n’a pas le droit d’accuser sans preuves”.

On explique que comme partout ailleurs, le manquement aux règles aura des conséquences, et on décrit clairement quelles seront les conséquences. Ces règles doivent être respectées et ne sont pas négociables. Par contre, la bonne nouvelle est que si on suit ces règles familiales, on sera automatiquement récompensé.
Bien sûr en tant que parents c’est à nous de faire marcher notre bon sens et comprendre qu’il peut toujours y avoir des situations exceptionnelles, et qu’il faudra à ce moment là faire preuve de souplesse (si l’enfant est malade, ne se sent pas bien, a eu un coup dur…) et de compréhension.

3- On rédige à nouveau les règles de vie

On réécrit finalement les règles de vie en modifiant/ajoutant des éléments en fonction de la discussion précédente. On imprime un exemplaire final pour chaque enfant, et on lui demande de signer en bas. Il a signé un contrat qu’il devra respecter. Ensuite on affiche quelque part la feuille bien en vue, à la hauteur des yeux des enfants.

Voici ci-dessous le document final que j’ai officiellement remis à chacun de mes petits loups de 7 et 8 ans, en les remerciant chaleureusement pour leur participation. Ils les ont collées eux-même sur le mur de la cuisine, et dans leur chambre également.

LES RÈGLES DE VIE

  • Politesse
  • Respect
  • Honnêteté

POLITESSE

– On dit MERCI, PARDON, EXCUSE-MOI quand il faut
– On dit BONJOUR le matin
– On dit BONNE NUIT le soir

RESPECT

– On ne crie pas
– On ne pousse pas et on n’a pas de comportement agressif
– On ne frappe/tape pas
– On ne dit pas de gros mots ou de mots méchants
– On ne se moque pas des faiblesses des autres
– On écoute quand les autres parlent
– On ne touche pas aux affaires des autres sans demander
– On n’accuse pas faussement

HONNÊTETÉ

– On dit toujours la vérité (si c’est embarassant on peut toujours parler en privé à maman ou papa)
– On dit si on n’est pas d’accord ou content (poliment), et on EXPLIQUE pourquoi

La routine du matin

– Se lever de bonne humeur, et dire BONJOUR!
– S’habiller rapidement
– Déjeuner sans perdre de temps
– Se brosser les dent
– S’habiller RAPIDEMENT pour partir (manteau, chaussures…). On n’a pas le temps de jouer!

La routine du soir

– Faire ses devoirs
– Mettre son pyjama
– Remercier pour le repas, et demander à sortir de table
– Se brosser les dents
– Ranger sa chambre
– Aller au lit dès que les parents le disent (faire un calin rapide et dire BONNE NUIT!)

Dans un autre article, je vais expliquer et montrer un exemple de tableau à faire pour noter la conduite des enfants, et agir ainsi en conséquence.
flower - POST DIVIDER
Source : Je me suis inspiée d’un article du site :Notre vie